Sortir du découvert

Ou comment se défaire du

« mais qu’est ce qui c’est passé pour que je sois encore dans le rouge ?? »


Qu’il soit autorisé ou non, le découvert est une solution ponctuelle qui ne devrait idéalement pas s’éterniser.


Du point de vue comptable, c’est lorsque les débits ne couvrent pas les crédits.

Une définition plus générale d’être à découvert, m’a fait sourire, même si je sais à quel point cette situation n’est pas drôle quand on la vit :

« Etre exposé au feu de l'ennemi sans possibilité de se mettre à couvert"

Ah oui quand même !!!


Ça semble plutôt risqué à 1ère vue et certainement pas très confortable… Quand il est autorisé, tout va bien, ton banquier est sympathique, ça n’est pas très grave, tu as un accord pour ce dépassement. Il a pour rôle de te permettre de pallier à des charges ponctuellement plus élevées ou à l’imprévisible.


Le tout est de ne pas rester dans ce dépassement car il peut vite devenir un mode de fonctionnement régulier qui coûte cher en fonctionnement et en stress (inconsciemment souvent). Et puis, il est intéressant de prendre conscience qu’être à découvert c’est textuellement être dans le négatif, dans le moins …

Niveau image de soi, et intention ça laisse à désirer !


Donc même si c’est toléré, tu sais au fond (ton inconscient lui en tout cas le sais) que tu es dans le manque.

Le message en arrière plan est que tu as déjà dépensé de l’argent

que tu n’as pas encore gagné.


Mais quand il n’est pas autorisé, ou que tu dépasses celui qui t’est octroyé, rien ne va plus !


Tout ce qui est décrit au dessus se démultiplie ; le stress de l’imprévisible auquel il n’y a plus moyen de faire face, les relations avec ton gestionnaire se dégradent, un cercle vicieux se met en marche pour remplir un « vide » et un ressenti désagréable (voir carrément affreux) peut naître.

Il s’agit de la honte, ce sentiment d'abaissement, d'humiliation qui résulte d'une atteinte à l'honneur, à la dignité (définition Larousse ! J’aime bien revenir au sens exact des mots, qui se dilue souvent dans le langage). Elle est insidieuse car très profonde. On ne l’identifie pas toujours et lorsque c’est le cas, elle est difficile à exprimer à autrui.


On ne se sent pas à la hauteur car bien gérer ses sous est une compétence que chacune est censée posséder, alors qu’aucune réelle éducation n’est dispensée à ce sujet en France.

Pour certaines personnes ça va jusqu’à se sentir dans le mal (-être), et provoquer une anxiété pouvant aller jusqu’à de la détresse.


Une des solutions possibles est de modifier son niveau de référence.

Au lieu de le positionner au montant du découvert autorisé, ou à zéro, l’idée est de se donner un montant de référence positif. Cela peut s’avérer assez simple à mettre en œuvre et à atteindre, lorsqu’il est adossé à une vision claire de la situation financière.


La mécanique idéale est de prendre une photo à un instant T des entrées et sorties (fixes et variables), et de reproduire cette opération sur plusieurs mois afin d’avoir une vision d’ensemble et linéaire. Je dis simple et pourtant, si c’était vraiment la réalité, moins de personnes seraient si régulièrement à découvert !!


En fait, ça deviendra simple quand la peur de la réalité ne sera plus aux commandes.

Ce qui t’as empêché jusqu'à maintenant de prendre cela en charge et de changer ta situation, c’est la peur de ce que tu vas voir apparaître en faisant ces calculs.

Et oui, que se passe t’il lorsque l’on se rend compte que les débit dépassent les crédits ?

Ou que cette situation est due à des dépenses qui te semblent capitales pour ton foyer, ou ton bien-être ?

Tant que cette situation de découvert reste acceptable, et que tu y trouves ton compte alors grand bien t’en fasse. Il ne s’agit pas dans cet article de te dire que c’est mal ;) Tu es une adulte responsable.

Par contre, le jour où ça ne l’est plus et que tu souhaites faire évoluer ta situation, sache qu’il existe des techniques efficaces et douces pour te permettre de revenir à un fonctionnement plus confortable, qui permettra de te sentir dans l’abondance plutôt que dans le manque.


Une chose est sure, il n’y aura pas de changements sans une intervention ferme et décidée de ta part !


Aurélie L.


« La Définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose et d’attendre des résultats différents » Albert Einstein


#coachingfinancier#partirdesoi#ecologiefinanciere#mesfinancessontamonservice#identitefinanciere#largentestunoutil#laouvalapenseevalenergie


0 vue

Aurélie Lecourt © 2019 by COOM Prod  / Mentions légales

Logo AL final pixel.png